Séminaire École

L’inconscient c’est la politique 1

Cette expression est de Lacan. Elle est moins étrange qu’il n’y paraît, si nous admettons que l’inconscient n’est pas sans être pour chacun la boussole inaperçue qui oriente ses choix et ses fins dans les diverses conjonctures du réel, autrement dit sa politique. À ce compte pas d’inconscient collectif, bien sûr, Lacan l’a souvent affirmé, et il pouvait même dire en 1946, commentant Freud, « le collectif n’est rien que le sujet de l’individuel » (Écrits, p. 213). Dit autrement, les options politiques au sens commun du terme sont toutes symptômes. De fait, d’ailleurs dans la diachronie, avant d’être un citoyen, l’homme est d’abord l’enfant d’une famille – ce qui « depuis toujours s’oppose à la polis au sens de la cité » dit Lacan (Conférence du 1er décembre 1975 à la Columbia University, Scilicet, 5-6, p. 44) – , enraciné dans lalangue maternelle qu’il a reçue. C’est de là que se déposent, au gré des accidents de sa petite histoire, son savoir inconscient incorporé et les « marques » constituantes de son corps symptôme, le plus singulier donc.

Seulement, si le plus singulier fait trace du discours familial, de ce que Lacan a d’abord appelé l’Autre en fait, alors l’inconscient, les inconscients plutôt, ne sont pas sans être noués, ouverts à la grande histoire, celle où se concoctent les liens sociaux d’un lieu et d’un temps donnés avec leurs grands évènements. On le constate d’ailleurs, les politiques individuelles des « différences absolues » ont toujours une portée plus large, et ne manquent jamais de se répercuter au niveau du lien social de la cité. Notre politique à nous, disait Lacan, c’est « notre façon de concevoir un certain lien social » (ibid., p. 48), celui constitué par une psychanalyse évidemment. D’où la question de la place de ce lien spécifique parmi les autres.

Notre thème ouvre donc la réflexion, au-delà du concept même de l’inconscient, sur la politique de la psychanalyse dans les urgences qu’imposent les discours du capitalisme.

Colette Soler, mai 2017

 

Les membres peuvent écouter les enregistrements des séances en suivant le menu Audio qui apparait après s'être connecté avec son compte utilisateur personnel (Espace membre).

 

12 octobre 2017

Patricia Dahan : « Logique et politique »

En quoi la logique a-t-elle quelque chose à voir avec la politique ? C’est que précisément elle permet d’articuler ce qui est le propre de la politique, c’est-à-dire « ce qui lie les hommes entre eux et ce qui les oppose ». Il y a d’après Lacan une cohérence entre la logique et le politique qui tient à la structure du langage.

Marc Strauss : « Quelles stratégies pour la psychanalyse ? »

En 1932, le traumatisme de 14-18 à peine élaboré, déjà se profile une nouvelle guerre. Freud, en réponse à Einstein, montre que la violence est constitutive du sujet, et par là inéliminable des liens sociaux.

Si la psychanalyse peut soutenir un sujet dans sa révolte contre la violence de son symptôme, la question de ses stratégies possibles contre les excès de la violence collective est toujours d’actualité.

Animé par Patricia Zarowsky

30 novembre 2017

Elisabete Thamer : « Plus politique que n’importe quelle abeille »

Que la tradition philosophique considère l’homme comme un « animal politique » est une idée bien connue. Que l’inconscient soit la politique est moins connu. Comment peut-on conjuguer ce qu’il y a de plus singulier chez un sujet, son inconscient, avec ce qui, de prime abord, semble lui être antinomique, à savoir la politique ?

François Terral : « Dire politique »

Il s’agira, à partir de l’assertion de Lacan « L’inconscient c’est la politique » et de son contexte, de dire pourquoi la politique ne se résume pas à une expérience collective, dont les prises de pouvoir des uns sur les autres seraient à réguler. S’il y a des dits politiques, dissonants et bruyants, comment situer le silence du dire politique qui les permet ?

Animé par Patricia Dahan

21 décembre 2017

Anastasia Tzavidopoulou : « Que pourrait-on dire d’une position politiquement analytique ?  »

« L’inconscient c’est la politique », il y aurait une double articulation de cette expression de Lacan : la petite histoire du sujet, dictée par son inconscient, et la grande Histoire, celle qui dicte une logique collective. Dans son sillage, une position politiquement analytique serait celle qui, loin d’être militante ou sociale, produirait un énoncé pour cerner l’objet de la psychanalyse, l’inconscient. C’est le cas chez Freud et aussi chez Lacan.

Bernard Lapinalie : « La politique du psychanalyste  »

Difficile à notre époque de contredire la thèse de Lacan disant que la mise au jour du fonctionnement du capitalisme par Marx a renforcé le capitalisme ; quant aux diverses politiques menées à ce jour, rien n’indique qu’elles arrivent à modérer son renforcement.

Du coup on peut se poser la question : ne doit-on pas penser que la mise au jour du fonctionnement de l’inconscient ne peut également que le renforcer et quelle est alors la politique du psychanalyste telle qu’elle ait chance de répondre à ce qui paraît en impasse obligée ?

Animé par Elisabete Thamer

25 janvier 2018

Frédéric Pellion

Albert Nguyên

15 février 2018

Rosa Guitart-Pont

Colette Soler

22 mars 2018

Mihaela Turcanu-Lazarov

Sidi Askofaré

12 avril 2018

Danièle Belon

Dimitra Kolonia

31 mai 2018

Marie-José Latour

Armando Cote

  • 1. J. Lacan, Le Séminaire, Livre XIV, La Logique du fantasme, leçon du 10 mai 1967, inédit.