Pôle 14 - Paris, Ile de France, Champagne, Nord

Invitation à discuter avec  Elisabete Thamer  & Marie-Noëlle Jacob-Duvernet, psychanalystes, AE de l'EPFCL

 
Samedi 13 mai 2017 à 15h à la FACO
115 rue Notre Dame des Champs
75006 Paris 
Discussion suivie d’un pot convivial
Entrée libre / Réservation recommandée

 

Elisabete THAMER : "Ce n'est pas ça!"

Il y a une impasse au cœur de toute analyse.

Cette impasse, franchissable néanmoins, est inhérente aux concepts fondamentaux de transfert et d’inconscient. Du transfert, Lacan dit que « c’est de l’amour qui s’adresse au savoir » et, de l’inconscient, il dit que c’est « du savoir sans sujet. » Comment l’analyse rend-elle possible la sortie de cette impasse ? 

Marie-Noëlle JACOB-DUVERNET : " Du réel, inconsolables " 

Le réel n'est pas qu'une fois.

Pourtant l'analyse conduit à isoler et stigmatiser un événement qui a fait attentat dans la vie d'un sujet. Une cause traumatique dont l'analysant souhaiterait pouvoir être consolé. Et que l'analyste prenne en charge l'inexplicable !

Mais le réel n'est pas qu'un événement, plutôt est-il une part de nous même à laquelle viendra le moment de consentir.

Alors, si du réel nous sommes inconsolables il faudra définir l'inconsolation. Quand Victor Hugo déclare "je cesse d'accuser, je cesse de maudire, mais laissez-moi pleurer" ;

Se maintient-il dans la cathédrale des peines et du mauvais sort ? Plutôt s'avance-t-il sur le chemin que nous cherchons par l'analyse à border, celui du réel, de l'acquiescement à un "savoir sans pitié".

Une inconsolation du réel qui n'est pas sans permettre une nouvelle écriture et un enthousiasme feutré.

Informations

Sophie Henry, tél : 06 87 53 53 05

epfcl.pole14@gmail.com