Prochain Séminaire du Champ lacanien

Au programme du 8 mars

à 21h15, au 118, rue d'Assas - 75006 Paris

Anne Castelbou : « à propos de la responsabilité de l’analyste dans la rencontre avec l’enfant » (Lacan, « Ou pire », dans Autres écrits, p. 551)

Malgré les promesses annoncées par certains discours, malgré tous les conseils éducatifs donnés via Internet ou autre support médiatique, pas de gps pour s’orienter dans le chemin qui va de l’enfance à la maturité, pas de possibilité de prédire et de prévenir les accidents de la vie, qui motivent la rencontre de l’enfant avec l’analyste. L’éthique du bien dire est la seule boussole, propre au discours analytique, pour tenir le cap et responsabiliser le sujet dans ce qui l’affecte et ce dont il jouit, pour qu’il puisse se faire un destin à partir des marques indélébiles de l’enfance. Ce n’est que dans l’après-coup de cette rencontre avec l’analyste qu’on peut déduire les effets produits dans la vie de ceux qui en témoignent avec ce qui reste de ce qui s’en est oublié.

Claire Parada : « Responsable oui mais jusqu’où ? »

« De notre position de sujet nous sommes toujours responsable », nous dit Lacan dans « La science et la vérité », certes, mais qu’est-ce que cela suppose au juste selon les différents moments de l’enseignement de Lacan ? Qu’est-ce que ce sujet qui serait responsable ? De sa position par rapport à quoi ? L’inconscient langage d’abord puis l’inconscient réel ensuite. Qu’est-ce que cela change-t-il ? Quelles conséquences sur la conduite du sujet, sur sa position éthique ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre.

Animé par Martine Menès.

 

Pour voir le Programme complet de l'annnée.